LogoAlternaTitle3.png
  • Noir LinkedIn Icône
  • Instagram
logo-InnovationPark.png

LAUSANNE - SUISSE

Coaching environnemental - Bilan carbone - Plan climat

CONTACT

À PROPOS

LÉGAL

Siteweb créé par Alterna © 2020 - Tous droits réservés

Climat et Coronavirus

Dans la crise du Coronavirus beaucoup d'écologistes ont vu un parallèle flagrant avec l’urgence climatique actuelle. Alors qu’en est-il ? Comparons-les et comprenons les différences, les prises de conscience possibles et les similitudes.

Tout d’abord quel est l’impact du coronavirus sur la protection du climat ? Cette question est bien plus complexe qu’elle en a l’air, mais dans les grandes lignes elle peut se résumer ainsi:


- La diminution de l'activité économique mondiale diminue temporairement les gaz à effet de serre. Les principales diminutions proviennent de l’arrêt des usines en Chine et maintenant en Europe, ainsi qu’une diminution annoncée du trafic aérien.

- Les mesures de relance économiques annoncées par les États vont probablement annuler cette diminution avec une reprise à la hausse des émissions après la crise. C’est le moment idéal pour promouvoir certains volets de l’économie plutôt que d’autres en dirigeant les aides. Pour le climat, il serait par exemple préférable d’apporter des aides aux PME actives dans des domaines à impact positif tel que des réparateurs ou des installateurs d’énergie renouvelable plutôt que des grands groupes actifs dans les énergies fossiles.

- Comme toutes les autres activités non vitales, la protection du climat a été mise en “pause”, retardant ainsi les efforts de protection du climat. Néanmoins, il est nécessaire de garder en tête que la protection du climat est nécessaire/vitale pour assurer notre bien-être à long terme, tout comme la lutte contre le coronavirus.


Est-ce que le trafic aérien a vraiment baissé ?

En raison de l’épidémie, les vols commerciaux ont diminué de 7,2 % au niveau mondial en mars 2020 comparé à mars 2019. Mais si on regarde le nombre total de vols (transport de marchandises inclut) l’épidémie n’a eu comme effet que de faire revenir ce nombre au niveau de 2019. En d’autres mots, la crise du coronavirus a eu comme effet de mettre en pause la croissance de l’impact de l’aviation sur le climat.

Source : https://www.flightradar24.com/blog/commercial-air-traffic-now-down-7-2-in-march/


Comme on peut le voir sur ces deux images suivantes, on ne distingue pas une différence flagrante de trafic aérien entre le 6 et le 18 mars 2020. Source : www.flightradar24.com


Quels sont les parallèles avec l’urgence climatique ?

Tout d’abord dans les deux cas c’est un phénomène qui est une question de vie ou de mort pour une partie significative de la population mondiale. Dans les deux cas les personnes âgées sont plus vulnérables.

Pour le climat comme pour le coronavirus, plus la réponse est lente, plus les efforts nécessaires par la suite seront importants et plus les conséquences seront négatives.

Source : https://medium.com/tomas-pueyo/coronavirus-agissez-aujourdhui-2bd1dc7838f6

Source: http://folk.uio.no/roberan/t/global_mitigation_curves.shtml

Illustration des conséquences d’attendre avant d’agir pour le Coronavirus et le climat.



Quelles sont les différences entre le Coronavirus et l’urgence climatique et que pouvons-nous en apprendre ?

La crise du coronavirus est définie dans la durée (avec une date de fin incertaine, mais statistiquement très fortement probable). La réponse de la société à cette crise est donc perçue comme temporaire. Le changement climatique n’a lui pas de date de fin et est déjà en cours. La réponse ne peut donc pas être temporaire, mais justement durable dans le temps et l’espace.


Un aspect inattendu dans cette crise est la réaction de la population lorsqu’un phénomène qui la menace directement lui est expliqué et que des mesures légitimes et fondées sur la science lui sont imposées. Fait intéressant, nous noterons que pas une seule fois durant cette crise n’a été évoqué la mention de ‘dictature de la santé’, car il s’agit de décisions permettant à la société de pouvoir survivre et prise dans l’intérêt général de la population, avec pour conséquence de sauver des vies et de limiter les effets néfastes. Voilà matière à réfléchir la prochaine fois que nous entendrons que limiter l’usage des combustible fossile relève donc d’une ‘dictature verte’. Ne serait-ce pas plutôt simplement des mesures nécessaires pour limiter de si nombreuses conséquences dramatiques si nous ne faisons rien?


Nos réflexions

Profitons de ce moment pour remettre en question et améliorer les aspects de notre société et de nos vies qui ne nous conviennent pas.

Quelles seraient donc les bonnes pratiques et enseignements à conserver après cette crise sanitaire majeure :

- Importance de l’entraide sociale

- Encourager les filières de consommation locale, revoir nos chaînes d’approvisionnement extra-territoriale

- Encourager le télétravail lorsqu’il est possible de l’envisager, qui maintenant a su prouver qu’il pouvait être fonctionnel

- Limiter les trajets en avions : prévoir la réorientation du personnel travaillant dans ce domaine et touché par la crise dans des domaines moins dépendant de l’énergie fossile

- Favoriser l’économie de proximité pour soutenir les petits commerces de la région

- Se baser sur le consensus scientifique pour prendre des mesures de société nécessaires

- Valoriser le système de santé (pas uniquement en temps de crise)

- Augmenter la résilience des domaines de première nécessité tel que l’alimentation et la production de médicaments.


Nous pourrons tirer des enseignements de cette crise uniquement si sommes attentifs aux conséquences qu’elle apporte.

335 vues